Mémoire d’expertise comptable

Le mémoire d’expertise-comptable est d’une importance capitale dans l’obtention du diplôme par l’expert-comptable stagiaire. Il vient à la fin d’un cursus d’études et d’épreuves de plusieurs années et consacre l’achèvement du stage. La condition sine qua non pour devenir expert-comptable diplômé est d’obtenir pour le mémoire une note au moins égale à la moyenne.

Outre ses qualités de fond, le mémoire doit répondre à des exigences de forme et de style : « Au plan de la forme les candidats seront particulièrement attentifs tout au long de leur travail à l’orthographe, à la grammaire et au style. L’attention des candidats est également attirée sur le fait que dans le cadre de la rédaction du mémoire les emprunts à des sources extérieures … doivent nécessairement faire référence avec précision à la source qui est citée ou reprise. Dans le cas contraire il s’agit d’une faute qui pourrait le cas échéant exposer le candidat à des poursuites de nature disciplinaire. » (extrait de la note du jury aux candidats).

Le problème auquel doivent faire face les candidats est qu’ils sont au même moment employés par un cabinet et que la mise au point de leur mémoire ne peut se faire que durant leurs loisirs, lesquels sont maigres pour peu qu’ils se trouvent en période d’arrêtés comptables et fiscaux. Dans ces conditions l’aspect rédactionnel du texte (orthographe, syntaxe), sa présentation générale, le traitement des citations et des notes de bas de page, les illustrations, les tables des matières et des illustrations et finalement la note de synthèse qui doit accompagner le mémoire sont autant de tâches qui tendent à être prises en compte in extrémis et parfois franchement bâclées. Le jugement des lecteurs du mémoire s’en trouve affecté à la baisse alors que l’intérêt du contenu méritait mieux.

C’est pourquoi le concours d’un prestataire de l’écrit peut être stratégiquement important pour le candidat. Il ne s’agit pas de réfléchir et créer à sa place, bien évidemment. Mais de réviser orthographe et syntaxe, reformuler l’obscur, veiller à la cohérence d’ensemble du discours (et de ce discours avec les annexes), synthétiser en tant que de besoin, injecter de la limpidité et de la fluidité, et en particulier aider à respecter le format du plan détaillé qui a été en son temps agréé par le jury. Sans compter une aide technique à une présentation agréable.